الجمعة، 19 يونيو، 2009

LIBAN-Pause verte

Quand on regarde ailleurs…
Par Suzanne BAAKLINI vendredi, juin 19, 2009
http://www.lorientlejour.com/news/
Dernièrement, les grandes questions ont largement occupé les esprits, qui avaient les yeux rivés vers « telle ou telle vision du Liban », vers les perspectives d'avenir, vers les grands choix nationaux. Tout cela est très bien, probablement inévitable, mais que se passe-t-il quand on regarde ailleurs ? Une des conséquences observée récemment, c'est une nouvelle vague impressionnante d'abattage massif d'arbres dans les forêts, perpétrée par des contrevenants étonnamment tranquilles, au plus fort de la campagne électorale. Mazen Abboud, écologiste averti, dit avoir observé « un vrai massacre » dans les forêts de plusieurs régions, comme le Batroun ou le Kesrouan. « L'ampleur du phénomène est bien plus importante qu'au cours des années précédentes, peut-être parce que la campagne électorale occupait trop les esprits », dit-il. Il raconte également que l'odeur résultant de l'activité des charbonniers en pleine forêt est bien perceptible, surtout dans la région de Batroun. M. Abboud dit avoir contacté, suite à ses observations, la direction concernée au ministère de l'Agriculture. Celle-ci lui a confirmé que des permis d'élagage, et non d'abattage, ont été délivrés comme chaque année, et qu'il « n'était pas possible de faire autrement ». Mais il est désormais bien connu que les « permis d'élagage » sont automatiquement interprétés par ceux qui les obtiennent, par un surprenant glissement de langage, comme des permis d'abattage définitif des quelques malheureux arbres restants dans le pays, tout en échappant de manière parfaite à tout genre de contrôle. Si tant est qu'il y ait à la base une intention d'exercer un contrôle quelconque...Mercredi, le deuxième hélicoptère spécialisé dans la lutte contre les feux de forêts est arrivé au Liban, et a été mis à la disposition de l'armée. L'arrivée de ces deux appareils est somme toute une excellente nouvelle. Mais il faut rappeler que l'abattage illégal d'arbres n'est en rien moins dangereux que les incendies, et si ce fléau n'est pas combattu, il contribuera davantage, et de manière plus sournoise encore, à la disparition des forêts. Le plus surprenant, c'est qu'il y a quelques semaines encore, lors du grand congrès organisé par l'AFDC au Grand Sérail sous le patronage du Premier ministre Fouad Siniora, pour parler d'une stratégie nationale de lutte contre les incendies, les ministres de l'Environnement et de l'Agriculture présents avaient certifié que suite à un accord entre eux, le ministère de l'Agriculture allait geler les permis d'élagage parce qu'ils menaient à l'abattage pur et simple des arbres. Que s'est-il donc passé ? Ces permis avaient-ils été accordés avant ces belles déclarations ou ces bonnes intentions ont-elles été appliquées avec laxisme ? La proximité des élections a-t-elle brouillé les cartes ? Difficile à dire.Quoi qu'il arrive, les arbres, eux, y laissent la vie, et nous perdons une partie de l'âme de ce pays avec chaque coup de hache. Les arbres n'ont ni confession, ni appartenance politique, ni calculs d'avenir. Ils devraient être rassembleurs. Or ils sont victimes de crimes écologiques continus, d'autant plus atroces que les discours sont incendiaires et provocants ailleurs. N'est-ce pas emblématique ? Et, de toute façon, les contrevenants sont tout à fait tranquilles quand les tensions politiques entre camps rivaux les rendent invisibles...

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق