الأربعاء، 25 أبريل، 2012

Des voix s’élèvent pour annuler l’indemnité de 400 millions de dollars à verser aux Fattouche

http://m.lorientlejour.com/category/Liban/article/755989/Des_voix_s%27elevent_pour_annuler_l%27indemnite_de_400_millions_de_dollars_a_verser_aux_Fattouche.html 24/04/2012 Les carrières des frères Fattouche. Photo archives. Liban - Carrières Mazen Abboud, militant écologiste, fondateur de l’Union des associations écologistes du Nord, s’est adressé hier, dans un communiqué de presse, aux députés pour leur demander de voter une loi revêtue du caractère de double urgence visant à annuler une décision du Conseil d’État, datant de 2006. Cette décision visait à indemniser les Fattouche, propriétaires d’immenses carrières à Dahr el-Baïdar (Békaa). Les Fattouche, frères du ministre Nicolas Fattouche, qui est leur avocat, avaient porté plainte en 2006 auprès du Conseil d’État pour revendiquer des indemnités en raison de la fermeture de leurs carrières pendant deux ans (dans le cadre de l’application d’un plan directeur adopté par le gouvernement de l’époque). Ils ont eu gain de cause, obtenant des indemnités qui, à l’époque, équivalaient à 250 millions de dollars. Il est aujourd’hui question de payer aux Fattouche une somme qui, selon Mazen Abboud, « s’élève actuellement à près d’un demi-milliard de dollars ». L’affaire a éclaté au grand jour la semaine dernière au cours du débat de politique générale au Parlement. Elle avait été soulevée avec fougue par le député Samy Gemayel, ce qui avait provoqué l’ire du ministre Nicolas Fattouche. Qualifiant la décision du Conseil d’État (de 2006) de « préjudiciable pour la justice, pour l’État et pour le citoyen », Mazen Abboud s’est demandé « pourquoi le recours auprès du Conseil d’État contre cette décision, en 2006, n’a pas été suivi jusqu’au bout, et pourquoi ce recours a été remplacé par la création d’une commission d’estimation des pertes qui a supervisé, à cette époque, une réconciliation entre les propriétaires des carrières et l’État ». « C’est ainsi que le délai du recours a été dépassé et que la réconciliation s’est fondée sur le rapport de la commission, qui a accordé aux propriétaires des carrières des indemnités astronomiques avoisinant les 500 millions de dollars ! » souligne le communiqué de Mazen Abboud. « Pourquoi a-t-on décidé de payer les indemnités aujourd’hui ? s’est demandé l’écologiste. Dans l’intérêt de qui ? Y aurait-il une nécessité urgente à caractère régional qui impose de donner la priorité à ce dossier ? Ne faudrait-il pas que le gouvernement se réfère au Parlement pour approbation avant le paiement d’une si grosse somme? » s’interroge M. Abboud qui a demandé au gouvernement « de geler le paiement de cette facture découlant de la réconciliation avec les Fattouche, en espérant un miracle au Parlement, et afin que le sens de la citoyenneté ne se perde pas au niveau du peuple ».

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق